South Africa

Zanele Muholi, nous sommes moins libres qu'avant

South Africasebastien mbotComment

De toutes les notions humaines, la liberté est certainement l’une, si ce n’est la plus fondamentale. Elle est souvent l’étalon mesure d’une société juste et démocratique. Il n’est pas d’étonnant que la Liberté ait inspiré pendant des siècles tous les artistes à l’image de « La Liberté guidant le peuple » par Eugène Delacroix ou de la Statut de la liberté offerte par la France. Zanele Muholi ne sera pas la première ...

https://www.theguardian.com/artanddesign/2017/jul/14/zanele-muholi-365-protest-photographs

David Goldblatt, la grande imposture de l'indépendance

South Africasebastien mbotComment

En terme de longévité, David Goldblatt est certainement le photographe africain qui a le plus perduré.  Avec lui, ce ne sont pas moins de 50 années de photographie africaine qui vous contemple. Né dans une société extrêmement répressive et inégalitaire, David Goldblatt, par ses origines, en connaissait mieux que quiconque les dangers.

http://www.lemonde.fr/photo/article/2018/02/21/les-divisions-de-l-afrique-du-sud-vues-par-david-goldblatt_5260033_4789037.html

Zanele Muholi, dévoiler l'indésirable

South AfricaLaura PallancherComment

Zanele Muholi, née en 1972 à Durban en Afrique du Sud, est une jeune photographe adoptant un style où autobiographie, sens politique et documentaire s'entremêlent.
Son travail se base principalement sur la représentation de la diversité sexuelle et sur la condition lesbienne en Afrique du Sud. Un travail de photographie documentaire engagée inspiré par divers artistes tels que Santu Mofokeng ou encore Robert Mapplethorpe.
Zanele s'est investie dans une cause que beaucoup souhaitent étouffer, en brisant le silence et en apportant une visibilité à la communauté gay sud-africaine.

 

Santu Mofokeng, l'essai photographique

South AfricaLaura Pallancher

Santu Mofokeng, né en 1956 à Johannesburg, est un photographe sud-africain connu pour son travail en noir et blanc.
Il débuta sa carrière de photographe de rue  en 1970 à Soweto, en réalisant des portraits de sa famille et de ses amis. Puis, dans  les années 80, rejoignit le collectif de photographes "Afraprix" qui dénonçait l'Apartheid en présentant des photographies du mouvement de résistance et des conditions sociales de l'époque.

Le travail de Mofokeng, souvent considéré à tort comme une mise en accusation de l'Apartheid, met effectivement en avant l'histoire africaine, mais aborde également les thèmes de religion, classes sociales et symbolique du paysage.