Le voyage de Circé : L'EMPOWERMENT des femmes d'Alun Be

senegalmoadiga

Dans les transports en communs, je me rappelle que cela fait plus de dix ans que je ne suis pas venue à Puteaux. Je me souviens des immeubles qui me semblaient gratter le ciel, des masques en ébène de mon grand-père. Je me souviens de cette impression de quitter le pays alors que j’écoutais juste les histoires de l’Afrique des années 50. Je pense à ma mère, femme forte qui a été bercée comme ma sœur et moi par ces histoires, si exotiques par rapport à ici ; et qui aujourd’hui se trouve à 6893 kilomètres de moi. Quand on y pense, la situation est plutôt intéressante : je reviens dans les lieux qui m’ont fait rêver d’Afrique pour voir une exposition sur des femmes africaines, qui aujourd’hui me reflète ma mère et sa force d’aller de l’avant et de réaliser ses rêves.

 Je suis arrivée en avance, je regarde par la vitrine : le restaurant semble cosy. Je rentre enfin, une odeur d’épices me caresse les narines. Une serveuse m’accueille tout sourire, je lui explique que je viens pour l’exposition. Elle me répond que c’est fini depuis une semaine, je prends peur jusqu’à qu’elle me rassure en m’expliquant « qu’il en reste six au fond ». Sous une verrière, six portraits de femmes se tiennent face à nous. Le bleu du ciel de la région parisienne éclaire ces visages. Elles s’appellent Aïssatou Deme, Fatma Kane, Viviane Badiane, Mame Binta Demba, Marième Aidara et Ami Bitèye.

Six femmes sénégalaises se trouvent donc face caméra. Elles nous regardent droites, parfois en contre plongée ce qui crée tout de même une certaine proximité. On peut observer chaque particularité de leur visage. Chaque marque raconte une histoire, leurs histoires. Ces portraits sont particuliers, la profondeur de champ nous montre des visages qui émergent de la pénombre et créent une nouvelle lumière tel un tableau de Soulages. Une certaine facette de la femme africaine nous est représenté. Ces femmes nous expriment une à une leurs forces et leurs faiblesses par un regard, une expression. Les panneaux nous expliquent leurs histoires ; elles sont à la tête de groupes, certaines sont engagées politiquement et se battent pour que la femme est une (plus grande) place dans la société, ici sénégalaise. D’autres se battent pour que la femme soit autonome, travaille dans de meilleures conditions, ait une meilleure santé, etc. Il est encore rare pour ces femmes d’avoir le pouvoir et la parole, Mame Binta Demba par exemple a créé des fermes aquacoles de moules et est la seule femme élue au conseil des hommes de son quartier. 

Alun [Be] de son vrai nom Alioune Ba, réussit à nous montrer le vrai visage de ces sénégalaises pleines de confiances et de force ; grâce à sa technique originale. Il crée une attraction de l’œil vers le sujet principal qui prend tout l’espace. Alun[Be] nous montre les femmes de son pays d’enfance qui sont déterminées à tout âge, qui regardent vers nous ; en nous. La profondeur de ce regard montre leur ténacité face à l’avenir. 

Ces quelques photos pourraient, pour certains, paraître sans histoire ; pourtant Alun(Be) réussit à nous montrer des femmes où tout s’exprime par un regard 

Exposition Empowerment des Femmes en Action de Alun [Be] du 22 septembre au 15 décembre 2016 au Restaurant O petit club Africain, 14 blvd Richard Wallace 92800 Puteaux. 

 

Circé