Girma Berta, ne vous fondez pas dans la masse

ethiopiasebastien mbotComment
girma-berta-ethiopie-moadiga-photographie-afrique.jpg


L'image a cela de particulier qu'elle nous ramène à la réalité. La télévision, les sites d'information ou la radio nous submergent de chiffre: chômage, croissance, retraite, etc. "Derrière les chiffres il y a des gens". Si la photographie se résumait à cette philosophie, l'art de Girma Berta en serait le prophète. Sortir un visage de l'anonymat, en particulier si c'est le nôtre, peut être effrayant. Pourtant il en ressort un grand bénéfice. Nous ne nous mobilisons jamais autant que lorsqu'on voit un visage ou une silhouette. Le pouvoir d'aider les gens réside en cela. La reconnaissance du pouvoir de tout un chacun y réside aussi. La photographie africaine de Girma Berta efface la foule et les décors de sa ville. Elle ne montre que les gens.

Je cherche des gens avec une belle histoire qui me semble devoir être racontée.
- Girma Berta

Girma Berta  est un photographe africain né en 1990 à Addis Abeba, Éthiopie. Graphiste de formation, c'est au contact d'autres photographes qu'il se passionne pour l'art de la photographie. Il se forme à cet art en autodidacte avant d'y incorporer sa touche de graphiste. 

Girma Berta est attiré par la réalité de la ville qui l'entoure. En dépit du fait que ce soit sa ville qu'il photographie, à savoir Addis Abeba, il en ressort un sentiment d'universalité. "Je cherche des gens avec une belle histoire qui me semble devoir être racontée." Cela vient du fait qu'il mette en mettant en avant les histoires individuelles et leurs quotidiens, pas leurs cadres.

"A travers mon travail sur Instagram, je souhaite que le monde regarde dans les yeux d'Addis-Abeba"
- Girma Berta, Éthiopie

Girma Berta a été récompensé par le Getty Images Instagram Award en 2016. "A travers mon travail sur Instagram, je souhaite que le monde regarde dans les yeux d'Addis-Abeba". Son style photographique est la street-photographie et à pour thématique le social. Tirant son inspiration du quotidien,  son oeuvre "Moving Shadows, 2017" a été présentée en 2017 durant l'événement "Festival Photo La Gacilly". Girma Berta fera également partie des artistes présents à Art Dubai le 24 Mars 2018.  

Remettre les personnes au centre de notre attention est l'élément vital dans le travail de Girma Berta. Nou sommes de moins en moins sensibles à la douleur ou au bonheur des individus. La faute peut être a un trop plein d'information. À l'opposé de cette tendance, la photographie de Girma Berta associé à son métier de graphiste, nous montre des individualités authentique. Ses personnes sont à la fois dans leurs environnement mais sans que ce dernier ne soit visible. Voyons en trois étapes comme Girma Berta arrive à ce résultat.

La ville et ses rues 

Pour montrer sa ville, la  street-photographie est la signature de Girma Berta en tant que photographe africain. C'est ainsi que l'on découvre Addis Abeba, capitale de l'Ethiopie, sous un jour nouveau. Loin des clichés humanitaires ou touristiques, les habitants d'Addis Abeba vaquent à leurs occupations, travaillent et vivent. Ses anonymes deviennent reconnaissables et sont vus désormais partout dans le monde. Si certains peuvent être réticents à être pris en photo, la fierté de donner une autre image à leurs villes est un pouvoir qu'ils apprécient certainement. 

Une autre culture

Autre époque, autre culture. Girma Berta veut croire en cette adage. L'image de son pays d'origine a toujours été associée à la culture de la pauvreté ou du tourisme. Aujourd'hui il veut la changer. Cela passe par la renaissance de la culture de la photographie éthiopienne, oubliée depuis longtemps, et l'utilisation des réseaux sociaux. C'est grâce à ses derniers et au relaient de la communauté éthiopienne que l'art de Girme Berta s'est fait connaître.  Dans la foule des images présentes sur les réseaux sociaux, ce sont les individualités et leurs fonds de couleurs audacieux de Girma Berta qui ont attiré l'attention et la reconnaissance du public. 

La vie de tous les jours  

La vie quotidienne est la plus grande source d’inspiration de Girma Berta. Pour beaucoup, les va et vient qui bercent nos journées n’ont rien d’exceptionnel. Pour beaucoup, les héros sont ceux qui vivent pour des situations exceptionnelles. Pourtant, au travers de son art, Girma Berta nous montre ses héros trop souvent ignorés. Travailleurs. Femmes. Marchands. Parents. Personnes âgées. Tous deviennent les héros sous l’œil de Girma Berta. Le  quotidien devient histoire. L’anonyme devient un personnage central incontournable.  

Il n'est pas question de photographie de foule ou de portrait en plan serré dans l'art de Girma Berta. Le but n'est pas de provoquer une simple émotion. Non. L'enjeu ici est plus profond. L'art de Girma Berta nous permet de sortir de la masse. Il nous invite à considérer notre vie et notre individualité comme exceptionnelle. Nous sommes les héros de notre propre histoire, peu importe notre notre âge ou notre situation. À nous de le comprendre et de nous servir de ce pouvoir et de le faire reconnaître. Personne d'autres que nous mêmes ne pouvons changer notre histoire.

 

L'article vous a plu ?  Inscrivez vous gratuitement à notre guide en ligne de la photographie africaine en cliquant ICI

#Éthiopie #GirmaBerta #moadiga #photographieafricaine
Éthiopie,Girma Berta,moadiga,photographieafricaine

site web: https://www.instagram.com/gboxcreative 

source principale: https://addisfineart.com/artists/49-girma-berta/biography/

https://addisfineart.com/artists/49-girma-berta/biography/