Joana Choumali: Le mouvement avant l'image

ivorycoastLaura Pallancher

Joana Choumali est une photographe née en 1974 à Abidjan en Côte d'Ivoire. Successivement étudiante en arts graphiques et directrice artistique pour Mc Cann­-Erickson, c'est en 2005 qu'elle décide de se consacrer pleinement à la photographie. En 2000, elle expose pour la toute première fois à l'institut Goethe à Abidjan sa série "Birth". S'en suivirent de nombreuses autres expositions aux quatre coins du monde, de Paris à New­York, en passant par Londres ou
encore Vienne. Une série particulièrement marquante de sa carrière, "Hââbré, la dernière génération", met en scène plusieurs Abidjanais, pour la plupart immigrés du Burkina Faso ou du Nigéria, dont les visages sont marqués par des scarifications (série pour laquelle elle fût
récompensée en 2014, avec le prix POPCAP de Photographie contemporaine africaine).
Un travail qui met en lumière la fascination de l'artiste pour ces dernières: un signe de reconnaissance, une identité visuelle qu'elle a voulu immortaliser pour ne pas oublier.
Par son travail de portraitiste conceptuelle, Joana Choumali explore les notions de l'image du corps. Une image, certes capturée par son objectif, mais qui reste en mouvement dans son esprit;encrée dans sa mémoire, tel un film.
Joana va au­delà de la simple photographie, elle combine l'aspect journalistique et celui de mise en scène photographique,ce qui donne un intérêt tout particulier à son travail sur lequel il convient de s'attarder.

Joana Choumali is a photographer born in Abidjan, Côte d'Ivoire, in 1974. Successively student in graphic arts and artistic director for Mc Cann-­Erickson, she decided in 2005 to devote herself fully to photography. In 2000, she made her first exhibition at the institute Goethe in
Abidjan with her serie "Birth". Ensued many exhibitions all around the world, from Paris to New-York, London or Vienna. A particularly striking serie of her career, "Hââbré, the last generation", featuring several residents of Abidjan, mostly immigrants from Burkina Faso or Nigeria, whose faces are scarred (photo series that earned her a reward in , with the prize POPCAP of contemporary African photography).
A work that highlights the artist's fascination for these: a sign of recognition, a visual identity that she wanted to immortalize to not forget. With her work as a conceptual portraitist, Joana Choumali explores the notions of body image. A picture, certainly captured by her camera, but still moving in hermind, inked in her memory, as a movie.
Joana goes further than the simple photography, she combines the journalistic aspect and the photographic staging, giving a special interest to her work where it should linger.