Namsa Leuba, arrêtée pour avoir changé notre perception

guineasebastien mbotComment

Tout pouvoir implique de grandes responsabilités mais aussi de grands sacrifices. La perspective est  certainement l'un des pouvoirs les plus puissants qui nous soit donné. La façon dont nous percevons les choses détermine nos actions. Namsa Leuba l'a bien compris. Elle est certainement la photographe africain(e) qui a le mieux maîtrisé ce pouvoir. Elle en a également payé le prix lors de son arrestation dans son pays maternelle.

"Dans la culture guinéenne, on pense que les prières peuvent transformer une statue en créature vivante, mais j'ai fait le contraire: j'ai utilisé des êtres vivants pour poser comme des statues. " 

 

  Namsa Leuba  est une photographe suisso-guinéenne née en 1982 à Neuchâtel, Suisse. Plongée dans les traditions africaines dès son jeune âge, elle fait sa formation en photographie à l'École d'arts visuels de New York en 2013. Dépositaire de nombreux prix, elle a été invitée au Art fair  1-54 Marrakech en Février 2018.

Namsa Leuba est une photographe suisso-guinéenne née en 1982 à Neuchâtel, Suisse. Plongée dans les traditions africaines dès son jeune âge, elle fait sa formation en photographie à l'École d'arts visuels de New York en 2013. Dépositaire de nombreux prix, elle a été invitée au Art fair  1-54 Marrakech en Février 2018.

Namsa Leuba  est une photographe africaine née en 1982 à Neuchâtel, Suisse. Sa formation se fait en photographie à l'École d'arts visuels de New York en 2013. Namsa Leuba est guinéenne par sa mère, pays très ancré dans les rituels traditionnels. En dépit d'avoir grandi en Suisse, elle sera très vite plongée dans l'univers mystique de son pays maternel. Dans la culture guinéenne, on pense que les prières peuvent transformer une statue en créature vivante, mais j'ai fait le contraire: j'ai utilisé des êtres vivants pour poser comme des statues.  Elle sera arrêtée lors de la réalisation de son projet "Ya Kala Ben". De cette expérience, elle en retire une mission de vie: concilier perception européenne et africaine.

"Une image n'est pas la réalité, c'est tout."

L'art de Namsa Leuba a pour objectif de modifier notre perception. Elle façonne notre quotidien. Ce que nous ignorons, c'est que nous pouvons la changer. Changer notre perception peut nous éviter de souffrir ou nous permettre de mieux comprendre. Une image n'est pas la réalité. L'image que nous nous faisons de notre vie n'est pas la réalité. 

Namsa Leuba utilise un style documentaire. Associé au thème de la culture, sa photographie tire son inspiration des traditions. Son oeuvre "Imelda, 2017," issue de la série Weke,  a été présentée en Février 2018 durant l'événement 1-54 Marrakech. Elle fera aussi partie des artistes présents à la galerie Beaconsfield en Juin 2018 à Londres. Elle est dépositaire de nombreux prix tel que celui du festival Planches Contact à Deauville en 2010,  le prix PhotoGlobal au Festival de la Photographie à Hyères 2012 et le prix du Festival Flash Forward de la Fondation Magenta en 2013.

Voyons en trois point ce qui fait l'essence de la photographie de Leuba.

La photographie documentaire comme élément de style

"J'ai fait de la photographie documentaire. Je vivais dans les bois avec un chasseur qui prenait des photos de rituels."

Pour Namsa Leuba, la photographie documentaire est une signature. En dépit d'avoir d'autres cordes à son arc, notre artiste utilise ce style pour mieux changer notre perception. Ce changement est d'autant plus subtile et indétectable qu'il s'ancre dans la réalité. Elle fait appel à des sujets amateurs et leurs fait prendre des poses ou rejouer des scènes. Lors des photos de cérémonies qui lui ont valu son arrestation, elle a fait appel à de vrais tradipraticiens. J'ai fait de la photographie documentaire. Je vivais dans les bois avec un chasseur qui prenait des photos de rituels. Les rituels étaient rejoués pour elle et les éléments modifiés par ses soins. Leuba est consciente de sa manipulation. C'est l'objectif de son art.

La culture comme laboratoire  

"Je sais que je regarde les choses d'une certaine manière et que j'ai des préjugés."
 

Le thème le plus abordé par Namsa Leuba est la culture. Issue d'une culture européenne, elle reste fascinée par les pratiques ancestrales de son Afrique maternelle. Loin de considérer sa culture comme un handicap, elle l'assume et s'en sert. Je sais que je regarde les choses d'une certaine manière et que j'ai des préjugés. Son art ne peut pas atteindre l'authenticité d'une perception africaine. Voilà pourquoi elle inclue volontaire des éléments d'autres cultures africaines. Des enfants Zulus se retrouvent ainsi affublés de tenues traditionnelles guinéennes comme dans sa série Zulu Kids. Lorsque des personnes croient en la réalité de ses images, Leuba jubile. Son art démontré son pouvoir.

Les traditions comme inspiration dès l'enfance

"Maintenant je me sens plus consciente de cette situation, de l'existence d'un monde parallèle et du monde des esprits."

La mère de Leuba est musulmane et animiste. En grandissant, Leuba est devenue très intéressée par l'aspect religieux de la Guinée, le pays d'origine de sa mère. Elle y découvre le côté animiste de la culture guinéenne, basé sur le respect des gens. Dès l'enfance, Leuba a été exposée au côté surnaturel de la Guinée. Elle avait pris part à de nombreuses cérémonies et rituels ou visité des tradipraticiens. Maintenant je me sens plus consciente de cette situation, de l'existence d'un monde parallèle et du monde des esprits. C'est en puisant dans cette autre réalité "mystique" que Leuba a grandit en tant qu'artiste. En acceptant cette réalité elle a changer de perception et acquis le pouvoir de le faire. Elle nous soumet à ce même pouvoir au travers de son art.

Namsa Leuba nous permet de découvrir un aspect "mystique" de notre monde mais son art ne s'arrête pas là. Il nous montre que nous pouvons changer de perception et donc de réalité. Le but ici n'est pas de vivre dans une illusion. Au contraire, nous utilisons des culture-tradition-perspectives différentes pour obtenir ce que nous voulons. Leuba nous rappelle que le pouvoir de changer de perspective est le pouvoir de changer de réalité. Et ce pouvoir, nous l'avons tous.

 

 

 

L'article vous a plu ?  Inscrivez vous gratuitement à notre guide en ligne de la photographie africaine en cliquant ICI.

#Suisse #NamsaLeuba #moadiga #photographieafricaine
Suisse,NamsaLeuba,moadiga,photographie-africaine
site web:http://www.namsaleuba.com/ 
source principale: http://www.gupmagazine.com/articles/how-we-want-to-see-things-an-interview-with-namsa-leuba

http://www.gupmagazine.com/articles/how-we-want-to-see-things-an-interview-with-namsa-leuba